Le pĂ©trole va-t-il atteindre 100$ le baril? đŸ›ąïž

16:23 27 septembre 2023

Le pĂ©trole brut a Ă©tĂ© l'un des principaux facteurs contribuant au problĂšme de l'inflation incontrĂŽlable Ă  l'Ă©chelle mondiale. Lorsque la Russie a attaquĂ© l'Ukraine, l'incertitude concernant l'approvisionnement a fait monter les prix Ă  prĂšs de 130 dollars le baril. Cependant, lorsque le marchĂ© a constatĂ© qu'il n'y avait pas de problĂšmes d'approvisionnement mondiaux, le prix a chutĂ© de maniĂšre significative de juin de l'annĂ©e prĂ©cĂ©dente Ă  juin de l'annĂ©e en cours. Mais une demande mondiale record et une forte rĂ©duction de la production mondiale par l'OPEP+ ont ramenĂ© le spectre des 100 dollars le baril. Cela pourrait indiquer que la lutte contre l'inflation est loin d'ĂȘtre terminĂ©e.

DĂ©ficit massif et nouvelles rĂ©ductions de production đŸ›ąïž


L'OPEP+ avait déjà réduit sa production, mais avec une forte baisse des prix, elle a décidé d'intervenir. En avril, l'ensemble du cartel élargi a décidé de réduire sa cible de production de plus de 1 million de barils par jour (mbj). Il est à noter qu'à l'époque, de nombreux pays membres du cartel avaient du mal à augmenter leur production aprÚs les coupes initiales dues à la pandémie. Le marché était sceptique quant à l'effet de cette action, c'est donc seulement aprÚs de nouvelles réductions en juin que les prix ont commencé à rebondir. Mais ce n'est pas tout ! Pendant l'été, l'Arabie saoudite a annoncé une réduction volontaire supplémentaire de 1 million de mbj, et la Russie a réduit ses exportations de 0,3 million de mbj. Ces deux actions ont été prolongées jusqu'à la fin de cette année. Le marché prévoyait auparavant un déficit de 2 millions de mbj d'ici la fin de l'année, mais il est maintenant clair que ce déficit sera encore plus important !

Un tel déficit massif n'avait plus été observé depuis 2007-2008, lorsque les prix avaient atteint prÚs de 150 dollars le baril. Bien sûr, à l'époque, l'offre ne pouvait pas suivre la demande croissante, tandis qu'aujourd'hui, l'offre est artificiellement limitée. Cependant, nous constatons actuellement une demande record de plus de 100 millions de mbj, donc avec une pénurie de pétrole, les prix continuent de monter, et personne ne s'attend à de fortes baisses.

Biden n'a pas de solution d'urgence 🔔


L'annĂ©e derniĂšre et au dĂ©but de cette annĂ©e, les États-Unis ont vigoureusement luttĂ© pour faire baisser les prix du marchĂ©. Il faut admettre que pendant un certain temps, cela a trĂšs bien fonctionnĂ©. Les États-Unis ont puisĂ© dans leurs vastes rĂ©serves de pĂ©trole, Ă©tablies Ă  la suite des crises pĂ©troliĂšres il y a 40 ans. À un moment donnĂ©, les agences gouvernementales amĂ©ricaines vendaient 1 million de barils par jour. MĂȘme si cela peut ne pas sembler beaucoup, le marchĂ© bien Ă©quilibrĂ© l'a ressenti de maniĂšre assez distincte. Il convient de souligner que ces rĂ©serves ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es pour un "jour de pluie". MĂȘme si les États-Unis sont actuellement le plus grand producteur de pĂ©trole au monde, ils ne sont pas autosuffisants. La libĂ©ration de ces rĂ©serves Ă©tait motivĂ©e par des considĂ©rations politiques - Biden souhaitait des prix bas pour les Ă©lections de mi-mandat. Les rĂ©serves ont Ă©tĂ© Ă©puisĂ©es Ă  des niveaux jamais vus depuis les annĂ©es 1980, et les producteurs amĂ©ricains, mĂȘme avec des prix assez Ă©levĂ©s, sont rĂ©ticents Ă  investir massivement dans l'expansion de la production en raison des politiques restrictives de l'administration actuelle. Ainsi, un scĂ©nario de baisse des inventaires commerciaux Ă  leurs niveaux les plus bas depuis 2015 semble presque certain.

Hausse considĂ©rable des prix 💰


Pendant une grande partie de cette annĂ©e, le pĂ©trole Ă©tait nĂ©gociĂ© Ă  des niveaux infĂ©rieurs Ă  la mĂȘme pĂ©riode de l'annĂ©e prĂ©cĂ©dente, ce qui a contribuĂ© Ă  contenir rapidement l'inflation. Cependant, cela appartient dĂ©sormais au passĂ©. Les prix actuels sont mĂȘme supĂ©rieurs de 15 % Ă  ceux de septembre de l'annĂ©e prĂ©cĂ©dente et de plus de 40 % par rapport aux plus bas locaux de mars ou de mai de cette annĂ©e. En examinant les contrats Ă  terme, nous constatons une augmentation massive de la demande Ă  court terme pour la matiĂšre premiĂšre, avec une offre limitĂ©e. Les contrats Ă  terme sont nettement moins chers, ce qui indique une "backwardation". Bien sĂ»r, si la production de pĂ©trole n'augmente pas de maniĂšre significative l'annĂ©e prochaine, les prix pourraient rester Ă©levĂ©s. En revanche, le cartel OPEP+ sait qu'il ne peut pas mener Ă  une destruction de la demande, comme cela s'est produit en 2008 ou en juin de l'annĂ©e prĂ©cĂ©dente lorsque les prix ont rapidement chutĂ© d'environ 130 Ă  100 dollars le baril. C'est pourquoi nous ne devrions probablement pas nous attendre Ă  de nouvelles hausses excessives des prix et Ă  leur maintien au-dessus de 100 dollars. Ce niveau sera probablement dĂ©passĂ©, bien que l'on s'attende Ă  une stabilisation et Ă  d'Ă©ventuels ajustements de la politique de l'OPEP+ par la suite. Bien sĂ»r, en cas de rĂ©cession provoquĂ©e par des prĂ©occupations concernant des prix du pĂ©trole excessivement Ă©levĂ©s, les prix pourraient chuter de maniĂšre assez drastique. Cependant, sans cela, les restrictions d'approvisionnement continues de l'OPEP+ devraient probablement maintenir les prix Ă©levĂ©s, du moins jusqu'Ă  la fin de cette annĂ©e.

Pourquoi seulement jusqu'Ă  la fin de cette annĂ©e ? Saudi Aramco prĂ©voit une deuxiĂšme Ă©mission d'actions d'une valeur pouvant aller jusqu'Ă  50 milliards de dollars. Il est clair qu'ils obtiendront le meilleur prix avec des niveaux de pĂ©trole Ă©levĂ©s. De plus, une Ă©ventuelle rĂ©duction de la demande en provenance de la Chine l'annĂ©e prochaine et la dĂ©cĂ©lĂ©ration de la croissance liĂ©e au maintien de taux d'intĂ©rĂȘt Ă©levĂ©s sont prĂ©vues.

"Ce matĂ©riel est une communication marketing au sens de l'art. 24, paragraphe 3, de la directive 2014/65 /UE du Parlement europĂ©en et du Conseil du 15 mai 2014 concernant les marchĂ©s d'instruments financiers et modifiant la directive 2002/92 /CE et la directive 2011/61 /UE (MiFID II). La communication marketing n'est pas une recommandation d'investissement ou une information recommandant ou suggĂ©rant une stratĂ©gie d'investissement au sens du rĂšglement (UE) n°596/2014 du Parlement europĂ©en et du Conseil du 16 avril 2014 sur les abus de marchĂ© (rĂšglement sur les abus de marchĂ©) et abrogeant la directive 2003/6 / CE du Parlement europĂ©en et du Conseil et directives 2003/124 / CE, 2003/125 / CE et 2004/72 / CE de la Commission et rĂšglement dĂ©lĂ©guĂ© (UE) 2016/958 de la Commission du 9 mars 2016 complĂ©tant le rĂšglement (UE) n°596/2014 du Parlement europĂ©en et du Conseil en ce qui concerne les normes techniques de rĂ©glementation relatives aux modalitĂ©s techniques de prĂ©sentation objective de recommandations d'investissement ou d'autres informations recommandant ou suggĂ©rant une stratĂ©gie d'investissement et pour la divulgation d'intĂ©rĂȘts particuliers ou d'indications de conflits d'intĂ©rĂȘt ou tout autre conseil, y compris dans le domaine du conseil en investissement, au sens de la loi du 29 juillet 2005 sur le commerce des instruments financiers. (c.-Ă -d. Journal des Lois 2019, point 875, tel que modifiĂ©). L’ensemble des informations, analyses et formations dispensĂ©es sont fournies Ă  titre indicatif et ne doivent pas ĂȘtre interprĂ©tĂ©es comme un conseil, une recommandation, une sollicitation d’investissement ou incitation Ă  acheter ou vendre des produits financiers. XTB ne peut ĂȘtre tenu responsable de l’utilisation qui en est faite et des consĂ©quences qui en rĂ©sultent, l’investisseur final restant le seul dĂ©cisionnaire quant Ă  la prise de position sur son compte de trading XTB. Toute utilisation des informations Ă©voquĂ©es, et Ă  cet Ă©gard toute dĂ©cision prise relativement Ă  une Ă©ventuelle opĂ©ration d’achat ou de vente de CFD, est sous la responsabilitĂ© exclusive de l’investisseur final. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations Ă  des fins commerciales ou privĂ©es. Les performances passĂ©es ne sont pas nĂ©cessairement indicatives des rĂ©sultats futurs, et toute personne agissant sur la base de ces informations le fait entiĂšrement Ă  ses risques et pĂ©rils. Les CFD sont des instruments complexes et prĂ©sentent un risque Ă©levĂ© de perte rapide en capital en raison de l'effet de levier. 79% de comptes d'investisseurs de dĂ©tail perdent de l'argent lors de la nĂ©gociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent. Avec le Compte Risque LimitĂ©, le risque de pertes est limitĂ© au capital investi."

Partager :
Retour
Xtb logo

Rejoignez plus de 847 000 investisseurs du monde entier